Maman avait commencé à souffrir de migraines pendant la procédure de divorce. Les médecins lui ont dit que c’était psychosomatique mais que cela n’aidait pas les mères à soulager leurs maux de tête. Parfois, elle restait éveillée toute la nuit avec un mal de tête. Les médecins lui ont finalement prescrit un sédatif qui lui permettait de se reposer.

La première fois que maman a pris une pilule pour un de ses maux de tête, elle a dormi toute la nuit. Elle s’est réveillée le lendemain matin, reposée, sans se souvenir d’avoir souffert d’un mal de tête. Dès lors, lorsqu’elle sentait venir un mal de tête, elle prenait une pilule et se réveillait le lendemain matin reposée.

Je n’ai réalisé l’effet total des pilules qu’un soir, lorsque ma tante m’a appelé. Maman avait pris une pilule et s’était couchée une heure et demie plus tôt. Tante Carol a appelé et voulait parler à maman. Je lui ai dit que maman était déjà couchée, mais Carol a insisté pour que je réveille maman afin qu’elle puisse lui parler. J’ai dit à ma tante que je réveillerais maman et lui demanderais de rappeler Carol.

Je suis montée dans la chambre de maman et j’ai frappé. Comme il n’y avait pas de réponse, j’ai ouvert la porte et j’ai trouvé maman endormie. Normalement, je ne l’aurais pas dérangée, mais Carol avait insisté. Je me suis approché et j’ai secoué doucement l’épaule de maman en l’appelant par son nom. Elle n’a pas répondu. Je l’ai secouée plus fort. Elle n’a toujours pas répondu. Je l’ai secouée encore plus fort et j’étais presque en train de crier son nom.

Finalement, les yeux de la mère se sont ouverts et elle a dit : “Quoi…. quoi ?

“Carol veut te parler. Je l’ai dit à maman.

J’ai pris le téléphone de chevet et j’ai dit à Carol : “Voilà maman” et je l’ai donné à maman. Elle a tâtonné avec le récepteur et j’ai dû l’aider à le mettre dans son oreille.

J’entendais la voix de Carole quand elle parlait à maman. Maman répondait avec, ‘Euh, hu. Yea. Euh, euh. Ok.

Finalement, après quelques minutes, maman a marmonné, “Au revoir”, a laissé tomber le téléphone dans le berceau et s’est rabattue sur le lit.

J’ai tiré les couvertures sur elle et je suis parti.

Le lendemain matin, alors que nous prenions le petit déjeuner, j’ai demandé à maman : “Que voulait tante Carol hier soir ?

Tante Carol ? Je ne sais pas. Je ne lui ai pas parlé depuis une semaine.

Maman, tu lui as parlé hier soir, tu ne te souviens pas ? Je t’ai réveillée pour lui parler au téléphone.

Non, je ne m’en souviens pas. J’ai pris une de ces pilules. J’ai dû en perdre. Elle a répondu.

J’ai commencé à me poser des questions sur ses actions pendant qu’elle était sous l’influence de la pilule. Avant de partir pour l’école, j’ai copié le nom du sédatif de la mère pour pouvoir le consulter plus tard. Cet après-midi-là, en rentrant chez moi, je suis passé à la bibliothèque. Je savais qu’ils avaient un exemplaire du manuel des pharmaciens sur les médicaments. J’ai trouvé le livre et après avoir un peu feuilleté, j’ai trouvé la page contenant le médicament que je cherchais :

Les effets secondaires du Rohypnol “Les effets de l’utilisation du Rohypnol peuvent être ressentis dans les 15 à 20 minutes suivant l’administration et peuvent durer plus de 12 heures. Les symptômes associés à l’utilisation du Rohypnol comprennent la somnolence, la baisse de la pression sanguine, la relaxation musculaire, les étourdissements, les troubles de l’élocution, un temps de réaction insuffisant, la confusion et les troubles de la mémoire. L’un des effets secondaires associés à l’utilisation du Rohypnol est l’amnésie rétroactive, c’est-à-dire que la personne qui prend le médicament ne se souvient pas des événements qui se sont produits sous l’influence de la drogue. Bien que le Rohypnol soit un dépresseur, il peut produire de l’excitabilité, de la bavardage ou un comportement hypersexuel”.

Le terme “amnésie rétroactive” m’a frappé et j’ai relu ce passage. Cela ressemblait exactement à ce qui s’était passé avec ma mère. J’ai rangé le livre et je suis rentré chez moi en pensant aux implications. L’expression “comportement hypersexuel” me trottait dans la tête.

Ma mère n’a pas pris d’autre pilule pendant près d’une semaine, mais le mardi suivant, elle a eu un autre mal de tête. Elle a pris une pilule à 7 heures et s’est couchée. Ma sœur Jean était partie avec son petit ami et je savais qu’elle ne rentrerait pas avant minuit au moins. J’ai attendu jusqu’à 21 heures, puis je me suis dit que j’allais tenter une expérience avec maman.

Je suis montée dans sa chambre et je suis entrée. J’avais la gorge sèche et mes mains tremblaient. Maman dormait sur le dos. J’ai tiré les couvertures vers l’arrière et je l’ai secouée pour la réveiller.

Il a fallu beaucoup de temps avant qu’elle marmonne : “Que… que se passe-t-il ?

J’ai pris une grande respiration. Je savais que si ça se retournait contre moi, si maman se souvenait de quelque chose, j’allais avoir de gros problèmes. Mais je savais aussi que c’était la seule façon de savoir si elle avait les effets secondaires de la pilule.

Maman”, ai-je dit en mettant ma main sur son genou, “Comment te sens-tu ?

“Je me sens bien. Elle a répondu d’une voix rauque, les yeux encore fermés.

“Tu n’es pas excitée ? J’ai demandé et j’ai retenu mon souffle.

Elle s’est tue pendant quelques instants puis a dit d’une voix rauque : “Oui, je le suis.

Je devais m’assurer qu’elle était en dehors de tout ça et qu’elle ne se souviendrait de rien de ce qui s’était passé.

J’ai pris une respiration et j’ai dit : “Maman, tu veux baiser ?

Elle s’est tue pendant plusieurs secondes et quand j’ai cru que j’allais être grillée, elle a dit : “Oui, je veux….oui.

Je n’avais pas vraiment envie de la baiser, je voulais juste savoir si elle le ferait et on aurait dit qu’elle était prête à le faire. Je me suis levé et je suis parti en pensant que le lendemain matin serait le vrai test.

Le lendemain matin, j’étais très nerveux. Je ne savais pas si maman se souviendrait de la veille au soir. Quand elle est finalement sortie du lit, je me suis assis en attendant que la hache tombe. Mais tout ce qu’elle a dit, c’est “bonjour” en se dirigeant vers la cafetière et en prenant une tasse de café. Au fil des minutes, j’ai commencé à comprendre que j’étais en sécurité. Mais les possibilités ont aussi commencé à me trotter dans la tête. Je me suis dit que si maman prenait une pilule et qu’elle ne se souvenait de rien, je pourrais en donner une à Jean. Est-ce que je pourrais la baiser ?

Comme je l’ai dit, ma petite soeur était un renard et je savais que si je pouvais lui faire prendre une des pilules, je la baiserais jusqu’à ce que je ne puisse plus la lever. Ma soeur avait un an de moins que moi et elle était très sexy. Elle était petite et pesait environ 55 kilos. Elle avait les cheveux roux et un ensemble de beaux seins en bonnet B. Elle faisait partie de l’équipe de gymnastique, donc elle avait un corps très tonique avec une paire de jambes de tueur.

Je savais que ma soeur prenait la pilule. Je m’étais faufilé dans sa chambre quelques mois auparavant pour vérifier quel genre de sous-vêtements elle avait (et peut-être en utiliser un pour se branler) et j’ai trouvé son journal intime enfoui sous sa culotte.

Je savais qu’elle allait être absente pour le reste de la journée, alors je l’ai ramené dans ma chambre et je l’ai lu. Les trois premiers quarts étaient assez ennuyeux. Elle l’avait commencé au collège, donc tout tournait autour de ce garçon qui me regardait et me tenait la main. Quand je suis arrivé aux dernières pages, c’est devenu très intéressant. Elle a expliqué en détail comment elle et son petit ami avaient eu des relations sexuelles et comment elle s’était adressée au planning familial pour prendre la pilule afin de ne pas tomber enceinte. Depuis qu’elle prenait la pilule, je savais que si je pouvais lui faire prendre une des pilules de maman, je pouvais la baiser sans me soucier de la mettre enceinte.

Chaque soir, pendant les jours suivants, j’ai fantasmé et je me suis branlé deux ou trois fois par nuit en pensant à Jean qui prenait la pilule. J’espérais que quelque chose se produirait. Mon premier plan était d’attendre que maman prenne la pilule en même temps que Jean. J’ai décidé de voler quelques pilules pour être prête si les choses se présentaient.

Jeudi, maman nous a dit, à ma sœur et à moi, qu’elle allait rendre visite à tante Carol ce week-end et qu’elle ne reviendrait pas avant dimanche. Elle a demandé si nous voulions y aller. Ni Jean ni moi ne voulions vraiment y aller, alors maman a dit que nous pouvions rester à la maison. Ce soir-là, j’espérais que maman prendrait une autre pilule pour que je puisse aller en prendre quelques-unes dans son biberon, mais elle n’a pas eu mal à la tête.

Le lendemain matin, j’ai attendu que maman prépare le petit déjeuner, puis je me suis glissée dans sa chambre et j’ai trouvé son flacon de pilules. Heureusement, elle venait de le remplir à nouveau et il était plein. J’en ai pris deux, je suis retourné dans ma chambre et j’ai caché les pilules. Je me suis allongé sur mon lit et j’ai pensé au week-end à venir. Toute la journée, la seule chose à laquelle je pouvais penser, c’était ce que j’allais ressentir en glissant ma bite dure dans la chatte serrée de ma sœur. Quand je suis rentré à la maison, maman était en train de mettre sa valise dans la voiture.

Ta soeur a dit qu’elle allait au cinéma et qu’elle ne rentrerait que tard, alors tu es tout seul ce soir. J’ai laissé de l’argent sur le comptoir pour que tu puisses commander une pizza. Je serai à la maison dimanche midi.

Maman m’a serré dans ses bras, a sauté dans la voiture et est partie. Je suis entré dans la maison et j’ai commencé à penser à la façon dont j’allais faire prendre la pilule à Jean. Au bout de quelques minutes, j’ai trouvé un plan. Je savais qu’elle aimait les flotteurs Root beer. J’ai couru au magasin et j’ai acheté de la glace et de la root beer. J’ai écrasé une des pilules très bien pour pouvoir la mélanger au flotteur et la cacher dans une des armoires, puis pour m’occuper, je suis entré pour regarder la télévision en attendant.

Cela m’a semblé une éternité avant que Jean ne rentre à la maison à une heure du matin.

“Hé, tu rentres tard. Je lui ai dit.

“Cal et moi étions au lac. Elle m’a répondu en souriant.

“Tu fais quoi ? Se cogner le nombril ? Je lui ai demandé.

“Tu ne voudrais pas connaître le pervers ! Elle a riposté.

“Je m’en fiche. J’ai dit : “Mais à partir de maintenant, tu dois me dire où tu es au cas où maman appellerait et voudrait savoir.

“Je déteste qu’elle te mette en charge ! Jean a soufflé : “Je ne pense pas que je devrais avoir à vérifier avec toi !

Je n’ai pas dit que tu devais le faire, tout ce que je veux c’est que tu me dises où tu es au cas où maman te demanderait. Je m’en fous si tu baises avec ton copain et tous ses amis. Je lui ai répondu en essayant de l’énerver.

J’ai été très surprise quand elle a crié : “Comment tu le sais ? Qui te l’a dit ?

“Tu sais quoi ? J’ai failli demander, mais je me suis étouffé quand j’ai réalisé ce qu’elle venait d’avouer.

“Je ne dis pas qui me l’a dit, mais j’ai tout entendu. J’ai dit en essayant de garder un visage droit pendant que je la bluffais.

“Ces… ces… salauds ! Elle a crié : “Ils ont promis de ne le dire à personne ! Je ne l’ai fait qu’une fois !

J’ai réalisé que je venais d’avoir un bon moyen de pression. Si je l’utilisais bien, je n’aurais peut-être pas à lui faire prendre les pilules. Je pourrais peut-être la baiser pendant qu’elle est éveillée, ce qui serait beaucoup plus amusant.

“Ouais, d’après ce que j’ai entendu, tu aimais prendre plusieurs bites ! Je lui ai répondu en souriant.

Elle a bégayé, puis s’est arrêtée et s’est mise à me fixer.

“Alors, quand l’as-tu fait ? Je lui ai demandé.

“Je ne vais pas t’en parler, espèce de pervers ! Elle a crié.

“Ok, très bien. Je vais juste prévenir maman de tes petites sexcapades. J’ai répondu en me retournant pour partir.

Jean a crié : “Elle ne te croira pas !

Quand je lui dirai que tu prends la pilule, elle me croira. J’ai dit avec suffisance.

La bouche de Jean s’est ouverte, puis elle a haleté : “Comment tu sais ça ?

“J’en sais beaucoup. J’ai menti : “Alors tu as le choix, dis-moi ce que je veux savoir, ou je dis à maman ce que je sais déjà et ça suffit pour mettre ton petit cul dans le pétrin.

Les épaules de Jean se sont affaissées quand elle a dit : ‘Ok, ok. Je vais te le dire”.

Super. J’ai entendu l’autre côté, maintenant je veux entendre le tien. Avant que tu commences, que dirais-tu si je nous faisais un flotteur de root beer pour que ce soit un peu moins amer pour toi ?

Jean s’est un peu excité à l’évocation d’un flotteur de bière de racinette.

Je vais me changer et je te rejoins au salon. Elle dit d’une voix résignée.

Je l’ai laissée aller dans sa chambre avant de courir dans la mienne. J’ai pris un petit magnétophone que j’avais, j’ai mis une longue cassette, j’ai couru dans le salon et j’ai cherché un bon endroit pour la cacher. Le canapé s’est retrouvé dos au mur. Je l’ai sorti un peu et j’ai posé le magnétophone sur le sol derrière le canapé et j’ai branché un micro à distance que j’avais. Le canapé avait un afghan jeté par-dessus le dossier, alors j’ai caché le micro en dessous. Je l’ai allumé et j’ai dit quelques phrases à voix très basse, puis j’ai rembobiné l’enregistreur et je l’ai remis en marche.

À ma grande joie, chaque mot que j’avais dit est ressorti clairement. J’ai mis le magnétophone en position, je l’ai allumé et je suis allé à la cuisine pour faire les flotteurs. Quand je les ai fait faire, je les ai ramenés dans le salon. Jean était déjà là, recroquevillé à une extrémité du canapé. Je lui ai tendu le flotteur et je me suis assis à l’autre bout.

Elle a pris une cuillère pleine de glace, l’a mise dans sa bouche et a soupiré : “J’adore les flotteurs à la bière de racinette”.

Je l’ai laissée manger pendant quelques minutes puis j’ai dit : “Ok, je t’écoute”.

“Tu te souviens, il y a quelques mois, quand tu m’as surprise à entrer en douce dans la maison à 4h30 du matin ?

“Oui. J’ai répondu en prenant une bouchée de glace.

Les parents de Cal étaient partis cette nuit-là, alors Cal et moi sommes retournés chez lui. On a commencé à s’embrasser et peu de temps après, on était nus et bien vous savez. Elle m’a répondu.

“Allez, Jean ! J’ai ri, “tu as baisé avec plusieurs mecs, n’hésite pas à utiliser ce mot !

“Ouais, ok. Elle a soupiré : “On a baisé. Cal me fait rarement descendre, alors on a baisé jusqu’à ce qu’il vienne, puis il m’a fait descendre. Je me rapprochais juste quand il a eu le sien, alors j’espérais qu’on le refasse pour que je puisse descendre. On était allongés ensemble, nus, quand son téléphone a sonné. C’était son ami Jason. Avant que je sache ce qu’il faisait, Cal lui a dit de venir. Quand j’ai entendu cela, j’ai dit que je devais m’habiller avant qu’il n’arrive, mais Cal a dit de ne pas s’inquiéter que nous restions sous la couverture. Je ne voulais pas le faire, mais Cal m’a convaincu”.

Jason est arrivé et nous nous sommes tous assis pour discuter. Cal lui a dit de sortir de la bière du frigo, ce qu’il a fait. Pendant que nous parlions et buvions notre bière, Cal a glissé sa main entre mes jambes et a commencé à jouer avec ma chatte. J’étais frustrée et excitée de ne pas jouir quand nous baisions, alors je l’ai laissé me doigter. Après un petit moment, il a demandé à Jason s’il voulait voir mes seins. J’étais furieuse et j’ai dit à Cal que je n’allais pas le laisser me voir. Il m’a suppliée et a continué à me doigter la chatte et avant que je ne m’en rende compte, je l’ai laissé tirer la couverture vers le bas pour que Jason puisse voir mes deux seins”.

Cal a commencé à me frotter les tétons et avec Jason qui le regardait faire, ça faisait un bien fou. Au bout d’un moment, il m’a murmuré que je devais laisser Jason toucher mes seins. À ce moment-là, je devenais assez excitée et je me suis dit pourquoi pas ? Alors j’ai dit d’accord. Jason est venu s’asseoir à côté de moi et a commencé à caresser mon sein gauche tandis que Cal faisait de même avec le sein droit. C’était fantastique. J’ai fermé les yeux et je les ai laissés me caresser. Un peu plus tard, j’ai senti Cal mettre sa bouche sur mon téton et peu de temps après, Jason a fait la même chose à l’autre téton”.

Je me suis allongée et j’ai gardé les yeux fermés pour les laisser me sucer les seins. J’étais vraiment excitée parce que Cal m’avait laissée comme ça et ça faisait un bien fou d’avoir ces deux gars qui me suçaient. Ça ne m’a pas surpris quand j’ai senti Cal prendre ma main et la poser sur sa bite nue. J’ai juste enroulé ma main autour et j’ai commencé à le branler. Quelques secondes plus tard, Jason a fait la même chose avec mon autre main”.

J’étais donc là, avec les deux gars qui me suçaient les tétons pendant que je leur caressais la bite. J’ai pensé que c’était le mieux jusqu’à ce que je sente Jason glisser sa main sous la couverture. J’étais tellement excitée que je ne l’ai pas arrêté et avant que je ne m’en rende compte, il avait ses doigts dans ma chatte en même temps que ceux de Cal. J’avais encore les yeux fermés quand j’ai entendu Cal dire : “Écarte tes jambes. Je veux regarder pendant qu’on te tripote tous les deux la chatte”.

J’ai senti qu’on m’arrachait la couverture et j’ai entendu Cal dire : “C’est ça, fourre tes doigts dans sa petite boîte glissante. J’ai presque atteint l’orgasme à ce moment-là. J’ai senti Jason retirer sa bite de ma main et j’ai ouvert les yeux pour le voir enlever son pantalon. Il se tenait devant moi, sa bite à la main, quand Cal a dit : “Baise-la, elle le veut.

Je n’ai pas bougé lorsque Jason a levé mes jambes, a mis sa bite contre ma chatte et l’a enfoncée. Il a commencé à me baiser et il n’a fallu que trois ou quatre coups avant que je n’atteigne l’orgasme. Il a duré encore une minute environ avant de me remplir la chatte. Quand il s’est retiré, j’ai été un peu surpris de voir Cal se mettre entre mes jambes, prêt à me baiser. J’aurais pu l’arrêter, mais j’étais encore dans cette chaude lueur d’après, donc je ne voulais pas. Il a mis sa bite contre ma chatte et me l’a enfoncée”.

Pendant les trois heures suivantes, Cal et Jason m’ont baisé plusieurs fois. Cal n’a jamais duré plus de deux minutes à chaque fois, et Jason non plus, mais comme ils se relayaient, je suis venu trois fois pendant qu’ils le faisaient. Après, j’étais un peu inquiète parce que Cal pensait que j’étais une salope, mais il m’a dit que c’était la chose la plus chaude qu’il n’avait jamais vue et que lui et Jason aimeraient le refaire”.

Alors vous avez aimé le faire ? Tu as aimé baiser deux mecs ? Je lui ai demandé.

“Eh bien, je…aw…. Jean a bégayé.

“Oh putain ! Dis-moi juste si ça t’a plu. Je lui ai répondu.

Elle s’est arrêtée et a fixé le sol, puis elle a souri en levant les yeux et a dit : “J’ai aimé et je vais probablement recommencer”.

“C’est cool. J’ai dit, puis j’ai ajouté avec un sourire sournois : “Alors tu n’auras pas de problème pour baiser avec ton frère.

Les yeux du jean se sont agrandis et elle a crié : “Quoi ? Tu veux que je te baise ? Tu te fous de moi ?

“Allez”, lui dis-je en souriant, “Tu as baisé deux mecs en même temps. Baiser un frère devrait être simple.

“T’es mon frère, putain ! Elle a crié : “C’est …., c’est …..

“Alors tu ne le feras pas ? J’ai demandé à l’amiable.

“Putain non, je ne le ferai pas ! Elle a crié, les yeux pleins de colère.

“Ok, c’est cool. J’ai répondu en m’installant derrière le canapé et en sortant l’enregistreur : “Je vais donner ça à maman et la laisser s’en occuper”.

“Tu… tu… as enregistré ce que j’ai dit ? Elle a crié : “Donne-moi ce putain de magnétophone !

Elle a attrapé le magnétophone mais je l’ai tenu hors de sa portée.

“Maman a besoin d’entendre ça. Je lui ai dit.

“Tu ne peux pas ! Tu ne peux pas faire ça !” Elle a dit en essayant désespérément de saisir le magnétophone.

“Tu sais comment tu peux l’avoir. Je lui ai dit.

“Je ne vais jamais te baiser ! Elle a crié.

“Ok. J’ai sauté sur mes pieds et je suis parti, en direction de ma chambre.

J’avais un coffre dans ma chambre, je stockais des trucs que je ne voulais pas que les autres voient. J’ai mis l’enregistreur dans la boîte, je l’ai fermé à clé et j’ai redescendu les escaliers. En passant devant sa chambre, j’ai vu la porte de Jean fermée. Je me suis dit qu’elle faisait la moue. J’ai allumé la télé et j’ai commencé à regarder un film.

Le film commençait à être bon quand j’ai entendu Jean dire, derrière moi, “Jesse, s’il te plaît, ne donne pas cette cassette à maman”.

“Tu sais ce qu’il me faudra pour ne pas le faire. J’ai dit.

“Mais je ne peux pas te baiser, tu es mon frère. Elle a pleurniché.

“Ecoute, tu as baisé deux mecs en même temps. Est-ce que c’est pire que de baiser ton frère ? Je lui ai demandé.

“C’est de l’inceste ! Elle a crié : “Si je te baise, c’est de l’inceste ! C’est illégal !

“Et alors ? J’ai dit en souriant : “J’ai lu des choses sur le sujet et tant que nous sommes proches de l’âge de deux ans, ils ne considèrent normalement pas que c’est illégal et vous n’avez qu’un an de moins que moi.

Mais si quelqu’un le découvre, c’est ….. Je l’ai interrompue : “Personne ne le saura. Je ne le dirai jamais à personne. Et toi ?

“Mais….but…. Elle a bafouillé.

“Allez”, j’ai dit : “Je ne veux pas donner ça à maman et te causer des ennuis, en plus une fois qu’on l’aura fait, tu auras quelque chose sur moi.

Elle m’a regardé pendant un court moment, puis ses épaules se sont affaissées et elle a dit : “Ok. Je ne vois pas d’autre moyen de faire ça.

Cool ! J’ai dit : “Va te doucher et mets-toi au lit. Je serai là quand tu auras fini”.

Elle s’est retournée et est partie. Quelques minutes plus tard, j’ai entendu la porte de la salle de bains se fermer. Alors que j’étais assis là à penser à ce que j’allais faire, j’ai eu beaucoup de mal. Je savais que je ne pouvais pas la baiser comme ça parce que je jouissais avant d’entrer dans sa chatte, alors j’ai décidé de me faire sucer par elle d’abord. Après quelques minutes de réflexion, j’ai décidé que je voulais aussi goûter à sa chatte, donc un 69 serait de mise.

Elle a passé une demi-heure dans la salle de bains, mais j’ai fini par entendre la porte de la salle de bains s’ouvrir. J’ai attendu quelques minutes, puis j’ai éteint la télé et je suis allé prendre ma douche. Alors que l’eau coulait sur moi, j’ai savonné ma bite. Je savais que je ne pouvais pas faire ça longtemps, sinon je jouissais, alors je me suis rincé, je suis sorti, j’ai essuyé et j’ai enfilé mon caleçon.

Je suis allé à la porte de sa chambre. Mon cœur battait la chamade. Je savais qu’elle m’attendait dans son lit. J’ai lentement ouvert la porte pour trouver sa chambre sombre. Je me suis glissé à l’intérieur et j’ai fermé la porte. J’ai traversé la pièce jusqu’au lit, j’ai enlevé mon caleçon, j’ai remonté les couvertures et je me suis glissé à l’intérieur.

Je me suis approché pour trouver Jean et ma main a atterri sur ses seins, elle était complètement nue. Je lui ai donné une coupe et j’ai commencé à la serrer doucement. Je me suis rapproché et j’ai mis ma bouche sur son mamelon.

J’ai sucé un peu son mamelon, puis je me suis reculé et j’ai dit : “Je pense que tu devrais me faire une pipe. Je suis tellement excité que je vais jouir tout de suite et quand je me glisse dans ta chatte la première fois, je veux que ça dure. ‘

J’ai jeté la couverture et me suis roulé sur le dos. J’ai pris son bras et l’ai poussé vers ma queue. Elle n’a pas semblé résister et un instant plus tard, je l’ai sentie enrouler sa main autour de ma bite, puis la merveilleuse sensation de sa bouche chaude a englouti la tête.

“Oh putain, ça fait du bien ! J’ai gémi quand elle a commencé à me sucer la bite.

Je l’ai laissée travailler sur mon manche pendant une minute, puis j’ai attrapé sa jambe et l’ai tirée vers moi. Elle semblait savoir exactement ce que je voulais, parce qu’elle a jeté sa jambe par-dessus moi et a reculé jusqu’à ce que sa chatte soit juste au-dessus de mon visage. Je n’avais jamais léché ou goûté une chatte, mais je l’avais vu faire plusieurs fois dans des films pornos.

Je lui ai donné un coup de vent dans le cul et j’ai glissé mon pouce dans sa chatte. En le faisant, j’ai remarqué qu’elle était déjà très mouillée. J’ai poussé ma langue entre les lèvres de sa chatte et j’ai commencé à la lécher du haut de sa fente jusqu’en bas. Chaque fois que je sentais son clitoris, je le fixais à son pubis et le frottais fort avec ma langue. Je ne sais pas combien de temps nous avons fait cela, mais ma bite a finalement explosé à cause de la fantastique pipe qu’elle me faisait. Pendant que ma bite palpitait, je la sentais enfoncer toute la longueur de mon pénis dans sa bouche et sa gorge.

Quand j’ai fait gicler ma dernière corde de sperme dans sa gorge, j’ai tiré sa chatte vers ma bouche et j’ai commencé à lui lécher le clitoris et à sonder son trou de chatte avec ma langue. Elle a gémi et a poussé ses hanches vers le bas sur ma bouche pendant que je la mangeais. Peu de temps après, elle a poussé un long gémissement et j’ai senti sa chatte se tordre alors qu’elle atteignait l’orgasme.

Je l’ai poussée de moi, j’ai tourné et j’ai grimpé entre ses jambes. Je n’ai pas fait attention à ce moment-là parce que j’étais très excité à l’idée de glisser dans son trou humide, mais elle a attrapé ses jambes et les a tirées vers le haut, les écartant largement pour me donner accès à sa chatte. J’ai mis ma bite contre sa chatte et je me suis avancé en enterrant ma tige dans ses couilles. J’ai commencé à la baiser avec de longs coups durs.

La chatte de Jean était tellement bonne que je n’ai pas mis longtemps à la baiser et j’étais prêt à jouir à nouveau. Quand ma bite s’est mise à palpiter une deuxième fois, je lui ai enfoncé des couilles profondément dans le corps et j’ai senti ses jambes s’enrouler autour de moi, me tirant encore plus profondément dans son corps. Quand j’ai eu fini, je ne me suis pas retiré, j’ai laissé ma bite en elle alors que je me trouvais entre ses jambes.

Je vois pourquoi ces gars veulent recommencer. J’ai dit : “Tu es un super coup !

“Aw… tu as fini ? Elle m’a demandé.

Je lui ai dit : “J’ai ta chatte et je vais l’utiliser !

Je l’ai entendue glousser, puis j’ai senti ses hanches se soulever et s’élever, en enfonçant ma canne plus profondément en elle quand elle a dit : “Bien !

On a baisé pendant l’heure qui a suivi. Je suis venu trois fois de plus et elle est venue au moins autant. Quand on a eu fini, je me suis couché à côté d’elle, la main en train de lui couper un de ses petits seins fermes.

Je lui ai demandé si elle voulait que j’aille dans ma chambre en espérant qu’elle dise non.

Je lui ai demandé en espérant qu’elle me dise non. Elle a répondu : “Je n’ai jamais couché avec quelqu’un. Elle a gloussé et a dit : “Je veux dire, vraiment couché avec quelqu’un. Reste avec moi”.

Je me suis endormi avec mon bras au-dessus de sa poitrine. Quand je me suis réveillé le lendemain matin, j’étais blotti contre son dos et mon hardon rageur était pressé entre les joues de son cul. Elle était encore endormie, alors j’ai doucement tiré sa jambe sur la mienne, j’ai mis la tête de ma bite contre sa chatte et je l’ai lentement enfoncée. Quand j’ai commencé à la baiser, j’ai entendu son gémissement, puis j’ai senti sa jambe bouger en s’écartant. J’ai mis mon doigt sur son clitoris et je l’ai frotté pendant que je la baisais lentement. Quand je suis arrivé, j’ai senti sa chatte serrer ma bite comme je l’ai fait.

Je suis sorti d’elle et j’ai dit : “Eh bien, j’ai apprécié chaque minute passée à te baiser”.

“C’était pas aussi dégoûtant que je le pensais.” Elle m’a dit : “Et toi ?

“Tu es la meilleure baise que j’ai jamais eue ! J’ai dit en souriant.

Je ne lui ai pas dit qu’elle était la première et la seule que j’avais jamais eue.

“Cool. Alors je suppose que tu veux continuer à le faire ? Elle m’a demandé.

En parlant, je me suis dit qu’elle voulait recommencer.

“Bien sûr que oui ! J’ai crié.

“Ok, mais si on le fait, tu dois promettre de ne pas lire mon journal ou de ne pas utiliser la pilule de maman sur moi. Elle m’a dit.

Ce qu’elle avait dit m’a frappé comme un coup physique.

“Je n’aurais jamais …. J’ai commencé à protester.

“Ne le nie pas ! Jean a dit : “Je t’ai vu entrer dans sa chambre et prendre quelques uns de ses cachets. J’ai lu à ce sujet et je connais les effets secondaires. Et je t’ai aussi vu remettre mon journal intime en cachette dans mon tiroir à culottes. Au fait, tu as aimé leur odeur ?

“Mais 112 tu aurais pu utiliser ça pour m’empêcher de…” J’ai commencé.

“Pour t’empêcher de me baiser ? Jean m’a dit en souriant : “Peut-être que je ne voulais pas t’empêcher de le faire.

Ce qu’elle disait m’a frappé, elle aurait pu me dire qu’elle savait que je volais des pilules, que je lisais son journal intime pour m’empêcher de la baiser, mais elle ne voulait pas !

Puis une autre pensée m’a frappé : “Alors, on va continuer à le faire ?

Elle a souri et a dit : “Eh bien, je vais rompre avec Cal. Je ne t’ai pas dit que le connard avait dit à tout le monde à l’école que lui et Jason m’avaient baisé tous les deux, alors laisse-moi te dire ça comme ça, aussi longtemps et autant de fois que tu veux, à une condition”.

“Qu’est-ce que c’est ? J’ai demandé, sachant que je serais d’accord avec presque tout pour continuer à la baiser.

Tu dois t’arranger pour qu’un de tes amis t’aide à me baiser un de ces jours, tant qu’il peut garder sa bouche fermée. Elle m’a répondu.

J’ai souri et j’ai répondu : “Bien sûr que oui, et s’ils ne font que le dire, je leur donne un coup de pied dans les couilles !

J’ai tendu la main et j’ai donné un coup de gueule à la petite poitrine ferme de ma sœur et j’ai su que nous allions baiser comme des lapins à partir de ce moment-là.

par Nocturno